Voyage à Xaurboi, la ville fantôme

Une maison à RoubaixJe suis arrivé hier à Xaurboi, la ville fantôme. Comme prévu, les rues étaient désertes, vides d’habitants ou de la moindre activité humaine ou animale. J’y pénétrais lentement, traînant derrière moi ma grande valise à roulettes, espérant rencontrer une âme, mais ce fut en vain. Pour une fois, exceptionnellement, un soleil flambant arrosait de sa lumière la cité de brique et cramait la poussière du sol qui se soulevait à chacun de mes pas. Et je marchais, je marchais, espérant toujours trouver quelqu’un. Je m’avançais au milieu de la principale avenue, mais je n’y trouvais personne. Je savais pourtant qu’il y avait des habitants, mais ils devaient tous être réfugiés derrière leurs volets, leurs stores, m’observant et je sentais, malgré leur invisibilité, leurs regards me détailler avidement, me décortiquer comme l’étranger que j’étais, un de ces rares nouveaux venus qui osait mettre les pieds dans la cité en ruine. Car, aujourd’hui, Xaurboi n’était plus que l’ombre d’elle même, et cela depuis des années. Elle avait certes brillé d’un éclat incomparable, il fut un temps, mais l’Histoire, depuis, était passée par là, et avait fait une oeuvre inéluctable. Et si la ville existait encore, dressait son squelette sur la plaine, ce n’était plus que des ossements de briques et de pierres recouverts par la végétation, comme une mousse verte et envahissante.

Ruine à RoubaixUn homme se tenait là, assis sur un banc sous un porche antique, à l’abri de la lumière. Je lui adressai la parole pour lui demander mon chemin et il m’indiqua en quelques gestes et mots la route que je devais prendre. Il semblait vieux et avachi par les années, mais je n’aurais su lui donner un véritable âge. Ses vêtements étaient aussi usés que sa peau jaunie et sèche comme du vieux papier. Tout comme la ville, il ressemblait à un corps à l’abandon dans lequel vivotait encore faiblement la lueur d’une âme. Je le quittais en le remerciant poliment et continuai mon chemin, traînant toujours derrière moi mon lourd fardeau. (lire la suite)

Publicités

A propos Abstract Specis

Sketches, drawings, etc.
Cet article a été publié dans Fictions. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Voyage à Xaurboi, la ville fantôme

  1. Ping : Voyage à Xaurboi : le Dédale | Le Petit Becquart Illustré

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s