Voyage à Xaurboi : le Nageur

Statue de Nageur à la Piscine de Roubaix(lire l’épisode précédent)

Devant moi, quand j’ouvris les yeux, se tenait un type en maillot de bain. Il tenait fièrement ses mains sur ses hanches et regardait au loin, à l’horizon, en bombant le torse, comme à la parade. Je vous laisse imaginer ma stupéfaction, alors que je venais juste d’échapper à un atroce destin sous les serres acérées d’un prédateur vorace, au milieu d’une jungle perdue dans les ramifications d’une ville aussi bizarre que sinistre, après des heures d’errance sans début ni fin, harassé pas la faim et puis la soif, de me retrouver nez à nez avec le torse d’une espèce de culturiste en slip, à mi chemin entre la perfection classique d’une statue grecque et la musculature hypertrophiée d’un Arnold Schwarzenegger. Ma surprise ne fut pas feinte , vous pouvez m’en croire ! Et je crus, l’espace d’un instant, devant cette vision si déroutante, que ma raison, éprouvée par tant de contradictions et d’apparences trompeuses, me quittât sans laisser d’adresse.

Toutefois, et sans doute par crainte de se retrouver sans toit quand la bise fut venue, ne s’éloigna-t-elle pas plus d’un instant et retourna à ses quartiers aussi piteusement qu’une bonne chienne ayant trahi son maître, la queue entre les jambes. J’inspirai un plein bol d’air et j’examinai le fier à bras qui continuait toujours à lancer son regard, observant au loin, je ne sais quoi, un hypothétique avion, un soleil couchant ou une fumée d’indien qui lui signalerait la présence d’ennemis. Sa fixité n’en était que plus fascinante. Une telle immobilité défiait les lois de la biologie et des sciences humaines. Même en retenant sa respiration, obtenir une telle rigidité tenait de la performance artistique et de l’exploit du contrôle du mental sur le corps. Vous pourriez essayer que vous vous y casseriez quelques molaires ou incisives, dépendant de la manière dont vous vous y prendriez. En vérité, c’était étonnant ! Le phénomène tenait du prodige et il fallut que les brumes de l’épuisement se dissipent pour que la vérité m’apparut finalement dans sa lumière la plus crue.

L’homme en slip que je voyais scruter l’horizon avec l’application d’un garde frontière nord coréen, le bodybuilder germanique, l’Hercule ombrageux que j’avais devant moi, n’était en réalité que le produit d’un artiste génial : une statue  de pierre ! Une statue formidable, gigantesque, parfaite, superbe, magnifique ! D’une beauté somptueuse. Que le talent génial de son créateur avait rendu vivante avec une précision incroyable. Chaque renflement de muscle, chaque détail du visage, chaque brin de cheveux en avait été reproduit avec une perfection photographique proprement incroyable qu’une touche de couleur aurait rendue aussi naturelle que le bois d’un arbre ou la texture de la peau. Ce nageur, car c’en était un, flamboyait comme un phare dans l’atmosphère lugubre de l’église tant on aurait dit qu’il était vivant ! De sa carure parfaite, si elles furent provenu d’un être fait de chair et de sang, émanaient une puissance et une assurance qui aurait fait tourné la tête de bien des femmes. Tant et si bien que j’en ressentis une pointe de jalousie aussi infantile qu’irrépressible, et, en le dissimulant, serrait le poing dans un sentiment de haine à l’encontre de ce bel et si parfait éphèbe. Mais quel était donc le démon, l’esprit malin, qui avait placé en travers de ma route un aussi redoutable adversaire ? A côté de lui, je me sentais comme un vilain nabot, un quasimodo face à son Esmeralda. C’est alors qu’une voix forte et grave retentit !

(lire l’épisode suivant)

Publicités

A propos Olivier Sauvage

Entrepreneur, blogueur, mes pensées n'engagent que moi
Cet article, publié dans Fictions, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Voyage à Xaurboi : le Nageur

  1. Ping : Voyage à Xaurboi : la grille | Le Petit Becquart Illustré

  2. Ping : Voyage à Xaurboi : le Guérisseur | Le Petit Becquart Illustré

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s