Il vivait avec sa femme empaillée depuis 60 ans

Kevin Teufla, notre stagiaire

Kevin Teufla, notre stagiaire

Par Kevin Teufla, stagiaire (tous ses articles)

C’est à une vision d’horreur que furent conviés hier les pompiers suite à un appel des voisins d’un couple à la retraite de Clinchamp, petite commune de la Haute-Marne.

Mais que s’est-il passé dans cette maison alors que, comme d’habitude, tout semblait calme et sans aucun intérêt ?

Une idylle improbable

C’est en 1953 que Jean-Pierre rencontre Ginette Dessange (sans aucun rapport avec le coiffeur du même nom). Lui, plutôt petit, mal assorti de sa personne, légèrement bas du front, mais passablement doué de ses mains, exerce la profession de taxidermiste. Pour les habitants du village, il embaume chats, chiens, perroquets, autant de petits chef-d’oeuvres de taxidermie qui font la joie de leurs propriétaires jusqu’à leurs derniers jours. Elle, jolie, intelligente (détentrice d’un doctorat en philosophie et d’une chaire à la Sorbonne, majeure de promo à l’X, et cosmonaute intérimaire), une paire de seins que Lolo Frigida ne renierait pas. Tout de suite, c’est, entre la belle et la bête, le Quasimodo et l’Esméralda de la Marne, le coup de foudre, un soir de fête nationale à l’ombre des platanes de la place du village et au son de l’accordéon de René Roulette, ambianceur de soirées, rire et bonne humeur garantis.

Ils se mettent l’anneau au doigt dans la petite église de Clinchamp le 14 juin 1954 et dès lors, sans que personne ne put le prévoir, même pas Elisabeth Teyssier, leur vie ne sera plus qu’un enfer. Car Jean-Pierre a un secret qu’il est obligé de révéler à Ginette la nuit de noce. Il est doté d’un membre que les plus grands mammifères d’Afrique ne sauraient renier. Bien qu’agréablement surprise, Ginette ne peut que constater rapidement : ça coince ! Et ce qui aurait du être l’accomplissement suprême d’un amour parfait deviendra peu à peu la source du mal qui détruira leur vie.

Un mariage qui tourne au vinaigre

Au début, Ginette se fait compréhensive, elle qui n’a jamais connu d’autre amour que platonique, mais le temps passant, elle se demande tout de même, du fond de son laboratoire, si Jean-Pierre ne l’aurait pas un peu arnaqué. Car, le malheureux taxidermiste devait bien se douter que sa protubérance extravagante serait un obstacle à leur union. Ou alors, c’est qu’il était carrément con. Hypothèse que Ginette n’exclut pas tant le QI de son compagnon rasait le plancher des vaches. Mais en ce temps là, les femmes ne protestaient pas et se résigneaient. Elle fit donc contre mauvaise fortune bon coeur. Et ce n’est pas la jument qu’elle avait offerte à Jean-Pierre pour se défouler qui diminua sa frustration.

Bien au contraire ! Elle voyait s’éloigner sa jeunesse avec nostalgie sans qu’aucun homme ne put profiter de son corps ferme et doux. Mais comme il n’était pas dans son caractère de subir le sort sans protester, elle décida de se révolter. Avec un peu de bol et de maquillage, elle se trouverait bien dans les parages quelques étalons aux gonades pleines qui sauraient la combler. Ainsi Ginette, la nuit, devint Ginetta. Elle se pâvanait tard dans les bars jusqu’au petit jour. De rencontre en rencontre, elle rattrappa les années perdues avec une avidité sans fin. Sa réputation devint si grande que tout ce que la Haute-Marne comptait de mâles insatisfaits faisait le détour pour pouvoir avoir l’occasion de profiter des bienfaits de cette madone à l’esprit large et aux attentions prodigues.

empaillee

Ginette tombe dans la débauche

Mais il ne faut jamais tenter le destin trop longtemps. Et il arriva inévitablement ce qui devait arriver. Les rumeurs de débauche de Ginette finirent par résonner comme le tocsin aux oreilles de Jean-Pierre qui, pour en avoir le coeur net, utilisa de toute les ressources de son encéphale rabougri pour inventer un stratagème et obtenir, malgré elle, les faveurs de sa chère et tendre épouse, et de la démasquer. Pelle à tarte au col de chemise, pantalon moulant avec poutre apparente, fausse moustache et Rayban de police, un soir, il fit son entrée au Macumba où oeuvrait Ginetta. Doté d’un don inné pour la danse, il imita à la perfection, à l’endroit et à l’envers, les mouvements de hanches de John Travolta tel qu’il l’avait vu dans Grease et Saturday Night Fever. L’attention éveillée par ce magnifique inconnu, Ginetta déploya tout ses talents pour l’attirer dans sa propre escarcelle. Mais l’arroseur croyant arroser, ce fut la belle qui fut piégée. A l’instant où elle débraguetta son amant du jour, elle comprit son erreur.

Nul ne la revit depuis. Et des habitants des corons, seuls quelques vieux étalons d’autrefois se souvenaient avec une nostalgie coquine le nom de Ginetta.

Une conclusion bien triste

Ce n’est que hier, après avoir constaté depuis plusieurs jours qu’une odeur désagréable émanait du domicile de Jean-Pierre et Ginette, que les voisins s’étaient enfin décidés à prévenir les pompiers. Pour eux, Jean-Pierre et Ginette n’étaient qu’un petit couple à la retraite comme les autres.

« On ne voyait pas beaucoup la femme, dit une voisine, mais le mari était gentil. »

« C’est vrai que Ginette ne sortait plus depuis longtemps, dit une amie de longue date, mais elle avait toujours été très discrète. On trouvait ça normal qu’elle ne sorte pas. »

Et pour cause ! Depuis la fameuse nuit où Jean-Pierre démasqua Ginette, et après la découverte des pompiers, on imaginait mal que Ginette puisse ressortir un jour du domicile conjugal.

Ivre de colère et de haine, Jean-Pierre, alors qu’il venait de démasquer Ginette, n’eut plus qu’une idée en tête. D’un coup de bêche (il avait toujours une bêche avec lui), il frappa Ginette à la tête, tandis qu’elle découvrait l’objet de tous leurs malheurs. Il l’emmena ensuite chez eux dans le coffre de sa voiture, puis décida de donner à Ginette enfin tout le plaisir qu’elle lui demandait.

Armé de ses meilleurs outils, il vida le corps de sa belle et lui donna une forme définitive aussi bien qu’il l’avait déjà fait pour des centaines d’animaux.

Et pour qu’enfin ils se retrouvent, il la munit d’un organe génital adapté à la taille de son membre ! Ainsi Ginette et Jean-Pierre pourraient-ils enfin s’unir selon les meilleures promesses du mariage. Avantage non négligeable pour Jean-Pierre, Ginette, grâce à la magie de ses mains, resterait toujours jeune.

Et c’est dans un de ces moments de fusion que les pompiers découvrirent le cadavre de Jean-Pierre dans Ginette. Son coeur, visiblement, n’avait pas tenu le choc lors d’un accouplement ultime. Et il était resté, un rictus de bonheur aux lèvres, coincé dans les bras de sa belle empaillée. Plus de deux heures furent nécessaires aux soldats du feu pour séparer les deux amants.

Ah l’Amour !

Publicités

A propos Olivier Sauvage

Entrepreneur, blogueur, mes pensées n'engagent que moi
Cet article, publié dans Faits divers, Non classé, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s