Blanchemaille, un projet de renouveau pour Roubaix

Présentation de Blanchemaille au public à la Mairie de Roubaix le 13 novembre 2014

Présentation de Blanchemaille au public à la Mairie de Roubaix le 13 novembre 2014

Il faut remercier la mairie de Roubaix pour prendre l’initiative de créer un réseau autour d’une communauté qui s’ignore : celle du e-commerce à Roubaix.

Roubaix ? Le textile ? Les corons ? La brique ? La ville la plus pauvre de France ?

Pour être honnête, la ville, dans le domaine des NTIC ne part pas gagnante. A première vue. Car ce serait se tromper lourdement que de ne pas y voir au contraire une véritable E-commerce Valley.

Ancien siège de l’industrie textile en France, Roubaix abrite encore en son sein et dans son pourtour des marques internationales qui toutes font du e-commerce : ïdgroup (Okaïdi, Oxybul, Jacadi, etc.), Decathlon, KIABI, le Groupe Damart, les vadistes traditionnels 3 Suisses et La Redoute, Auchan, Nocibé, Pimkie, etcaetera, etcaetera. Une véritable vallée du e-commerce qui s’ignore, comme je le disais, mais dont l’épicentre se trouve bien à Roubaix. Il est donc entièrement logique de vouloir fédérer les esprits et les bras au sein d’un réseau qui, plus il sera connu, plus il attirera de monde, plus il sera fort, crédible et générateur de richesses.

Appuyé encore par OVH, le leader européen de l’hébergement, la figure de Roubaix n’apparait plus du tout aussi terne qu’il n’y parait. Au contraire, même, elle se détache du paysage comme un véritable ensemble d’entreprises, mais surtout d’êtres humains, spécialisé dans le domaine du marketing, de la logistique, des NTIC, de l’imprimerie.

C’est donc un défi que se lance Guillaume Delbar, le nouveau maire de Roubaix : faire de sa ville le nouveau centre économique du Nord. Lui redonner sa gloire d’antan, celle des usines textiles qui équipaient tous les foyers français. Aujourd’hui, il s’agirait plutôt d’en faire le centre névralgique du commerce à distance. Pari difficile tant Roubaix repart de loin. Population déshéritée en grande partie, infrastructures à remettre à neuf, éloignement des centres administratifs, attractivité proche de zéro. Difficile de faire rêver les gens dans ces conditions.

Et pourtant, nous sommes beaucoup à y croire ! D’abord, parce que, comme je l’ai dit, le tissu entrepreneurial est là. Il n’a en fait jamais disparu et il a été rejoint par des entrepreneurs audacieux. L’histoire des Klaba, patrons d’OVH, est à ce titre édifiante. Ensuite, parce que la mentalité roubaisienne est ancrée dans le commerce. La Flandre est une région de marchands et c’est un véritable atout pour le e-business. Enfin, parce que la volonté de faire quelque chose, portée par l’équipe de Blanchemaille (nom provisoire, j’espère, donné au réseau), existe réellement et ne semble pas qu’un cumul de vains mots.

Je vous invite donc à suivre cette aventure en suivant Blanchemaille sur Twitter ou Facebook. Il est certain que vous en réentendrez parler.

Publicités

A propos Olivier Sauvage

Entrepreneur, blogueur, mes pensées n'engagent que moi
Cet article, publié dans Bizness, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s