Le Petit Becquart à Naples

Le Palazzo Donn'Anna

Le Palazzo Donn’Anna : à ne surtout pas manquer cette superbe demeure construite sur la mer

Je n’ai pas la prétention ici de me substituer à un guide de voyage de Naples, mais j’ai pensé que vous rapporter mon expérience de cette ébouriffante ville pourrait vous aider à vous faire un avis et peut-être à vous décider à partir ou pas la visiter.

Premières impressions

Tout d’abord, la ville en elle même. C’est vrai sans doute que pour un français, c’est un certain choc. Sale, bruyante, étroite (pour le vieux centre historique), Naples apparait plus comme un souk fantastique que comme une métropole européenne moderne. Si vous cherchez les belles avenues, les perspectives somptueuses et de la beauté classique, oubliez-la ! Si au contraire, c’est la vieille pierre bouffée par les âges, la vie grouillante et un certain parfum d’aventures qui vous excite, alors rendez-vous y vite fait !

La circulation

Ce qui frappe en premier à Naples, c’est sans doute la circulation. Il y en a beaucoup et elle est franchement chaotique. Il y a sans doute autant de scooters que de voitures et ce sont eux, dans la rue, qui font la loi. N’essayez pas de couper la route à l’un d’entre eux, car, à ce jeu, c’est lui qui vous battra à tous les coups.

Résultat de cette circulation : un bruit permanent composé de coups de klaxon intempestifs et de martèlement des pneus sur la pierre volcanique qui revêt toutes les rues de la ville. Sans compter la pollution due aux gaz d’échappement, qui noircit les murs et les pierres déjà noires du sol.

Circulation le soir, via Piazza Museo, devant le Musée d'archéologie. Cette photo ne vous donnera qu'une petite idée de ce qu'est le chaos qui s'impose soir et matin à la ville

Circulation le soir, via Piazza Museo, devant le Musée d’archéologie. Cette photo ne vous donnera qu’une petite idée de ce qu’est le chaos qui s’impose soir et matin à la ville

A Naples, les scooters sont les rois. Il y en a partout et ils ont leur propre code de la route : passager sans casque, 3 personnes sur un scooter, priorité absolue sur tous les autres usagers quels qu'ils soient, klaxon à utiliser toutes les 15s. Un vrai cirque !

A Naples, les scooters sont les rois. Il y en a partout et ils ont leur propre code de la route : passager sans casque, 3 personnes sur un scooter, priorité absolue sur tous les autres usagers quels qu’ils soient, klaxon à utiliser toutes les 15s. Un vrai cirque !

Ca vous pose un voyageur !

 

Les bâtiments

Seconde impression. Celle de l’architecture, des immeubles.

Là, ce qui frappe avant tout, c’est leur état, en général, de délabrement et de crasse. L’entretien extérieur n’est apparemment pas la passion des napolitains. C’est dommage, car quand ils sont ravalés, les vieux bâtiments des XIXème et XXème siècles sont absolument magnifiques !

N’empêche que même en piteux état, la richesse architectural, la fantaisie des constructions, les grands porches d’entrées de plusieurs mètres de haut, les immenses cours intérieures, sans compter la multitude de bâtisse et monuments historiques, ne sont pas sans rappeler les délires architecturaux de Piranèse et donnent à la ville un air de labyrinthe fantastique absolument envoûtant. Ainsi, il ne faut pas hésiter à se glisser dans les petites rues et ruelles du vieux Naples, à pénétrer, quand c’est possible, sous ses immenses portails, à lever les yeux vers le ciel ou à entrer dans une église (il y en a partout) pour découvrir tout un monde parfaitement envoûtant. Naples est un décor de film fantastico-médiéval vivant !

Un immeuble à Naples. Malgré le délabrement, les immeubles offrent un charme certain à la ville.

Malgré le délabrement, les immeubles offrent un charme certain à la ville.

Différentes vues depuis la place Vanvitelli

Différentes vues depuis la place Vanvitelli. Repeints, ravalés, les immeubles de Naples ont une architecture indéniablement belle. Montez donc sur les hauteurs de la ville pour les apprécier pleinement.

Une cours intérieure : Il ne faut pas hésiter à pénétrer parfois sous les grands porches des immeubles. Souvent, c'est une fosse sale et obscure qui vous attend, mais parfois, une surprise : comme ici cette marquise somptueuse.

Il ne faut pas hésiter à pénétrer parfois sous les grands porches des immeubles. Souvent, c’est une fosse sale et obscure qui vous attend, mais parfois, une surprise : comme ici cette marquise somptueuse.

Les napolitains ont un grand sens pratique !

Les napolitains ont un grand sens pratique !

Scooters dans une petite rue

Scooters : Quand je vous dis qu’il y en a partout !

Une vue de la rue à Naples

Une vue de la rue à Naples

Les napolitains

Le contact avec les napolitains est plutôt très facile. Ils sont toujours prêts à vous rendre service, et quand ils ne le sont pas, ils le font de manière assez rude et directe. Mais la plupart du temps, ils sont extrêmement affables. Pour l’anglais, vous repasserez. En général, ils se débrouillent mieux en français (tant mieux pour nous) et ils s’excusent presque de ne pas parler correctement notre langue.

Les boutiques

Il y a une autre chose qui frappe l’oeil moderne de l’européen moyen à Naples, c’est la quantité invraisemblable de boutiques et d’échoppes en tout genre.

Je ne parle pas des pièges à touristes, il y en a beaucoup, qui dégoulinent de souvenirs tous plus hideux les uns que les autres, mais bien de tous les magasins qui, il y a un temps, ornaient les rues des villes françaises et qui ont peu ou prou disparu. A Naples, vous ne ferez pas 10m sans tomber sur un coiffeur, une épicerie, une boucherie, un charcutier, un marchand de fruit, un bazar, une boutique de mode. Il y en a partout ! Rien que des petits magasins dont le propriétaire attend, souvent, le chaland depuis le fond de son magasin et bondit sur vous dès que vous avez franchi le seuil de sa porte (ce qui est assez désagréable en fait). Il veut sans doute se rendre utile, mais sa manière de vous aborder rappelle un abord du client qu’on ne voit plus de nos jours chez nous.

Est-ce que l’économie y trouve son compte ? Je n’en sais rien. Ce qui est certain, c’est que tout ces magasins, qui ferment tard le soir, donnent à la ville une joyeuseté et une vie ininterrompues tout au long de la journée à la rue que je ne connais pas ailleurs (même si j’avoue être loin d’avoir une connaissance exhaustive du sujet).

Vitrine de magasin de lingerie

Vitrine de magasin de lingerie : ça c’est de la présentation produit !

Vitrine de magasin d'articles religieux

Vitrine de magasin d’articles religieux : évidemment, on est en Italie. Rien de plus normal, quoi !

Les prix

Comparés aux standards français (Paris ou Lille), Naples apparait comme une ville peu chère. On peut se sortir d’un bon restau à deux pour moins de 20 euros. Le café, un expresso ressemblant à une goutte de boue versé dans le fond d’une tasse, toujours servi avec un verre d’eau, ne coûte pas plus d’un euro. Si vous avez faim, précipitez-vous dans une épicerie et pour quelques euros de rien du tout, vous vous retrouverez avec un sac en plastique plein de quelques tranches de jambon, de fromage et de pain (ah, j’oubliais, les napolitains ont la folie du plastique. Ils vous y emballent tout et vous y mettent tout dedans, au mépris total des plus simples règles de l’écologie. Question de temps sans doute, ils n’ont pas encore été touchés par notre attention en la matière).

Les transports en commun, métro et train, sont moins chers qu’à Lille et à Paris. Profitez-en donc largement ! D’autant plus qu’ils sont relativement facile à emprunter.

Les spots que j’ai visités et aimés

Spot principal : la place Bellini.

Une place spéciale bobo et artistes sur laquelle on trouve quelques petits café où paresser en terrasse un mojito à la main (à l’Intra Moenia) ou une assiette de bouffe végétarienne dans le troquet d’à côté avec, juste en face de vous, une statue où des étudiants attardés se consacrent à la consommation de canabis. Le tout à l’abri un peu de verdure. Je vous le garantis, cet endroit fera de vous presque un vrai napolitain et vous fera goûter à un des seuls coins tranquilles de cette cité grouillante.

Guitariste sur la place Bellini

Guitariste sur la place Bellini : c’est là que Laurence et moi trouvions refuge à la fin de nos périples ou en début de journée pour trouver un peu de détente

Ambiance place Bellini

Sur la place Bellini, vous trouverez au moins 3 petits café-restaus, tous aussi sympa les uns que les autres pour glander en terrasse. Il faut dire que c’est un des seuls endroits qu’on a trouvé où les bagnoles sont à plus de 15m des tables. A Naples, le silence est d’or. Et donc, la place Bellini est d’or.

Pompéi

On peut difficilement aller à Naples et ne pas faire un tour à Pompéi, surtout quand on est passionné d’histoire et de volcans, comme je le suis. Du coup, coup de chance, la ville englouti par le Vésuve se prête tout particulièrement bien à combler cette curiosité.

Première étape :le train. Le Circumvesuviana, que je vous conseille vraiment de prendre pour aller à Pompéi. A la fois pour des raisons de coût, des raisons pratiques, et des raisons touristiques. Pour quelques euros, ils vous emmènera à travers la banlieue napolitaine jusqu’à l’entrée des ruines. Bondé de touristes, apparemment à toute heure, vous vous y mêlerez quand même aux napolitains et goûterez son charme désuet : wagon bringuebalement, crissement de boggies garantis et publicité inchangées depuis les années 70. Tout un monde !

A l’arrivée : Pompéi, c’est un peu comme la Tour Eiffel, vous ferez, quoiqu’il arrive, la queue à l’entrée. Nous avons fait 1/2h en basse saison, je vous laisse deviner ce que ça donne en plein été. Mais, astuce ! Si vous voulez couper la file, il vous suffit d’acheter votre billet à l’avance sur Internet. Ne comptez pas sur l’office de tourisme de Naples pour vous le dire, mais suivez mon conseil, vous gagnerez vraiment du temps.

La visite : ça, je ne vous le raconte pas, vous le verrez par vous même. Une chose est sûre : ça vaut vraiment le coup, même si on aime pas les vieux cailloux et les fresques romaines. La ville a été conservée entièrement, presque comme elle était le jour de l’éruption et on peut encore deviner dans quel luxe et quelle modernité vivaient ces fameux romains. Tout à fait étonnant !

Mon conseil : réservez-vous au moins 1/2 journée de ballade dans les ruines. C’est plutôt grand et mal pavé 😉

La queue à l'entrée de Pompéi

Non, non, je ne vous montrerai pas des photos des ruines. Allez-y par vous même, mais il faudra être patient pour entrer.

Procida

Alors oui, à côté de Naples, il y Capri, mais si vous voulez évitez de vous taper l’île la plus chère de la baie, tentez une incursion sur Procida, petite île située à l’ouest de Naples, qui a parfaitement gardé son authenticité par rapport à ses voisines. Comme dirait ma vieille tante du XVIème : « C’est absolument charmant ! » (en fait, je n’ai pas de tante dans le XVIème).

Je laisse les photos parler pour moi. Et donc, si vous faites un tour vers les îles, ne loupez pas celle là, sauf si, évidemment, vous préférez les allées de palmiers, les plages privées et les magasins de luxe. Alors allez à Capri ou à Ischia. Vous serez bien mieux servis.

Procida : dans le port

Procida : dans le port

Procida : vue sur l'abbaye paroissiale de S. Miichele Arcangelo

En recherche d’un peu d’authenticité : allez sur Procida plutôt que sur Ischia et Capri. C’est tout aussi joli et mille fois plus calme

Le cimetière des Fontanelles.

Ah ah ! Alors je l’attendais celui là, avec ses rangées de crânes, empilés comme aux catacombes parisiennes. Un vrai délire chrétien ! Dans des grottes, hautes de 15m de plafond, empilés soigneusement, des milliers de tibias et de crânes. Du bonheur pur jus pour ceux que les squelettes, les tombes et les cimetières fascinent (je veux parler de mes amis, les gothiques). Dans tous les cas, ça vaut vraiment le coup d’aller  faire un tour, d’autant que le cimetière est situé dans un quartier bien pauvre, à mille lieues des images de cartes postales de la ville, ce qui vous permettra donc, en plus, de vous procurer un frisson en vous frottant à la vraie population napolitaine.

Crânes au Cimetière des Fontanelles

Crânes au Cimetière des Fontanelles

Les catacombes de San Gaudioso

Dans un autre genre, si vous aimez les squelettes, je vous conseille aussi d’aller faire un tour du côté des catacombes de…, d’ailleurs pas très loin du cimetière des Fontanelles, dont la visite guidée vaut vraiment le coup. D’abord, l’entrée se fait par l’intérieur d’une église absolument superbe, et deuxièmement, l’histoire qu’on vous y raconte, à propos de ces nobles napolitains qui s’y faisaient enterrer est proprement stupéfiante (et je vous laisse donc aller sur place pour aller la découvrir).

Les autres trucs à voir

Bon autant vous le dire tout de suite, il y a tellement d’églises, de ruines, de monuments historiques à voir à Naples que 3 jours suffisent à peine à en faire le tour. Si vous êtes fan de statues antiques, ne ratez évidemment pas le Musée Archéologique, car, même s’il est en piteux état, la richesse de ses collections, et surtout les trouvailles qui ont été faites à Pompéi et qui y sont conservées, valent vraiment le détour.

Visitez également les entrailles de Naples (Naples underground). Même s’il n’y a pas grand chose à voir, c’est toujours amusant de se dire que la ville a été construite sur plusieurs strates de civilisation.

Et puis, pour finir, si comme moi, vous en avez un peu marre du centre-ville, montez donc sur les hauteurs en prenant le funiculaire. Vous y trouverez une autre ville, plus moderne, plus propre, plus à l’image de nos cités européennes classiques qui vous donnera aussi une autre image de la ville.

Seul bémol : le Vésuve. Franchement, si vous avez déjà vu l’Etna, ou un autre volcan, ne perdez pas votre temps avec le Vésuve. Non pas que ça ne soit pas joli, ça l’est, mais la visite touristique ressemble tellement à du racket que je vous conseille de ne pas perdre votre temps avec ce qui ressemble à un attrape-touriste de bas-étage.

Bon voyage !

Publicités

A propos Olivier Sauvage

Entrepreneur, blogueur, mes pensées n'engagent que moi
Cet article, publié dans Croquis/photos, Non classé, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s