Dans les transports en commun #12 bis : la fille de Sèvres-Babylone

La fille de Sèvres Babylone - croquis au crayon, encre acrylique et montage sous photoshop - photo par

La fille de Sèvres Babylone – croquis au crayon, encre acrylique et montage sous photoshop – photo par Phil Beard (voir le crédit à la fin de l’article)

Il y a des choses que j’aime bien quand je prends le métro, c’est de retrouver régulièrement la même personne, à la même place, à la même heure, évidemment, que moi.

C’est le cas de cette fille.

Chaque soir, quand je reviens du boulot, chaque soir, elle est là. Lisant exactement le même livre. Presque toujours, ai-je l’impression, à la même page. Cela fait plusieurs jours que je la croise et, imperceptiblement, je la sens qui m’attire.

 

Pourquoi cette fille et pas une autre ?

Je ne sais pas pourquoi… des jolies filles il y en a. Il y en a même plein quand on fait un peu attention. Mais dans les jolies filles, des filles avec le visage qui vous plaise, qui vous plaise vraiment, alors là, il y en a vraiment très peu. Eh bien, cette fille là, cette japonaise, ou cette chinoise, ou cette coréenne, bref, peu importe, a un visage qui me fascine et qui me plait vraiment. Et je ne peux pas m’empêcher de la regarder, avec la lourdeur insistante d’adolescent en manque.

Donc, peut-être que je pourrai l’aborder, un de ces jours ? Qu’est-ce que je risquerai ? Après tout, je n’ai aucun engagement, je pourrai un peu en profiter. Me faire plaisir. Faire des rencontres, comme on dit. De préférence avec le sexe opposé, c’est quand même plus excitant quant on sait où ça peut mener (je vous laisse imaginer).

Du besoin absolu de parler à cette inconnue

Oui, enfin, bon, j’ai 40 ans, pas 20. J’ai un peu passé l’âge où on tente ce genre de trucs. Ça serait un peu pathétique, non ? D’autant que cette fille, là, a sans doute 10 ans de moins que moi. Je passerai sans doute pour un vieux beau ringard et un poil baveux.

(je vous rassure, je ne suis pas vraiment si beau que ça, d’ailleurs je ne suis même pas beau du tout. Enfin, je ne suis pas moche non plus. Disons que je ne suis ni repoussant, ni attirant. Tout au plus, je dirais que je suis neutre. Voilà. Neutre. Je n’engage à rien. On me prend, on me jette ou on me rapporte au service des retours, et on me garde si on me trouve bien, mais, fondamentalement, je n’apporterai rien d’essentiel à votre existence) 

Donc, cette fille, l’aborder ici, sur le quai, serait un peu ridicule…. enfin, je pense…. enfin, je n’en sais rien, après tout ! Il faudrait que je demande à mon psy. Quoique mon psy n’a jamais été de bon conseil sur les affaires de séduction. Il est plutôt planplan de ce côté là et préconise des relations stables et un amour fort. La drague, j’ai bien compris, ce n’est pas son truc. Et à vrai dire, ça n’est pas le mien non plus. Je n’ai jamais été doué pour ça. Le sens profond de la drague, en dehors de ses aspects sexuels, m’a toujours un peu échappé. C’est vrai que, pour ce qui concerne les relations hommes-femmes, j’ai toujours été un peu vieux jeu, genre fidèle, etc.

 

Bien. Alors ensuite, quand la rame arrive. Généralement, elle referme son bouquin. Le glisse dans son sac à main et d’un mouvement que je qualifierai d’élégant, se pousse dans la cohue et monte à l’intérieur. Et moi, je fais la même chose, sauf que je monte une porte plus loin, histoire de ne pas passer pour un maniaque qui essaierait de la tripoter en douce pendant que le wagon rebondit sur les rails.

Et puis, quelques instants plus tard, elle descend, à Jussieu, et elle disparait pendant que moi je continue mon trajet.

C’est plutôt triste.

Si je vous ai raconté tout ça, c’est parce que la fille de Sèvres-Babylone a disparue pour de bon. Depuis quelques jours, je ne l’ai pas vue. J’ai essayé d’arriver un peu en avance à la station. Un peu en retard aussi. Mais elle n’était plus là !

Et tout ce qui me reste d’elle maintenant, c’est ce croquis que j’ai osé faire d’elle, en douce, dans son dos.

// cet article est une fiction et ne fait que refléter les délires de l’imagination de son auteur

Publicités

A propos Olivier Sauvage

Entrepreneur, blogueur, mes pensées n'engagent que moi
Cet article, publié dans Croquis/photos, dans les transports en commun, Non classé, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s