Petits plaisirs et déplaisirs de la piscine

Underwater - encre acrylique et crayon

Underwater – encre acrylique et crayon

A la piscine, comme partout ailleurs, il y a toujours des gens qui contreviennent aux règles de savoir-vivre et vous gâche votre plaisir.

Par exemple, l’autre jour, je m’étais enfin décidé à aller me détendre un peu en faisant des longueurs après une longue journée de travail. Me détendre ? Tu parles ! J’ai cru me retrouver sur le périph’ parisien tant il y avait de monde dans les lignes ! Un vrai embouteillage de nageurs.

Bien, mais je n’allais pas me décourager pour si peu. Après tout, les autres ont bien le droit de se détendre eux aussi.

Mais ce qui aurait du être un petit moment de plaisir s’est vite transformé en cauchemar. En effet, pas une de mes longueurs ne s’est passé comme je l’aurais voulu. Il y avait toujours un empêcheur de tourner en rond.

Quelques cas d’empêcheurs de nager en rond

Le petit vieux qui nage au milieu. Vous le voyez celui là, avec son maillot de bain qui lui remonte jusqu’au dessus du ventre ? Ce retraité qui vient aux heures de pointe alors qu’il a largement le loisir de venir lorsque les autres travaillent ? Son truc à lui, c’est de nager lentement au milieu de la ligne. Oui, parce qu’il est cool, lui. Qu’il a le temps. Qu’il ne voit pas pourquoi il se gênerait après tout ce qu’il a donné pour les autres. Alors visiblement, la piscine lui appartient. Et tant pis s’il crée un embouteillage derrière lui. Ce qui compte, c’est son petit plaisir.

A la benne, le vieux !

Les deux perruches qui confondent bassin de natation et salon de thé. Je voudrais les tuer celle là ! Elles discutent tranquillement, côte à côte, occupant toute la largeur de la ligne, comme s’il n’y avait personne d’autre qu’elles dans l’eau. Et patati et patata ! « Et que mon voisin est méchant ! Et que ma voisine m’embête avec son chat ! » Et blablabla et blablabla ! Non, mais il ne faut surtout pas vous gêner, les filles ! Faites comme chez vous. Les autres ? S’ils veulent nager ? Ben, qu’ils aillent dans une autre ligne !

A la benne, les perruches !

Le triathloniste. Dans un autre genre, celui là. C’est celui qui pense compétition, nage compétition, vit compétition. Il est tout le temps en compétition. Gare à vous si vous le gênez ! Aucun problème pour lui, il vous fonce dessus si vous êtes dans sa trajectoire. Vous passe par en dessous si vous n’allez pas assez vite, en vous filant, au passage, un bon coup de tatanne, en douce, histoire de bien vous faire comprendre que vous le gênez. Et parfois, si vous le regardez, vous pouvez voir son regard de haine briller à travers ses lunettes, vous rabaissant au stade d’anémone de mer alors qu’il est un grand requin fauve.

A la benne, le triathloniste !

Les enfants. Les enfants, comment dire… mais gardez-les à la maison, p…. ! Pourquoi faut-il toujours qu’il y en ait un petit groupe au bout de la ligne qui ne trouve rien de mieux que de faire des saltos ou des bombes juste au moment où vous passez. Et, non content de vous obliger à faire attention pour éviter les chocs (évidemment, ça ne leur viendrait pas à l’esprit de le faire), pourquoi faut-il aussi qu’ils tournoient dans les parages en nageant en dépit des lignes, passant par dessus ou par dessous les bouées ? Il n’y a rien de plus agaçant que ce défi insolent à l’ordre établi.

A la benne, les chiards !

Les petits plaisirs interdits de la natation

Mais, pour être tout à fait honnête, je dois dire qu’il y a aussi parfois des compensations à nager dans la foule, malgré tout ces gêneurs.

Regarder le cul des femmes. Alors oui, je sais, il y en a qui vont me dire que je suis un obsédé sexuel. Mais pas du tout. Je suis un esthète, c’est tout. Et vous devriez savoir, mesdames, que l’eau a un avantage tout à fait pernicieux pour vous, c’est qu’elle affine votre corps et gomme toutes vos rondeurs superflues. Je vous assure que le spectacle en devient magique 🙂

Faire des bulles en toute discrétion. Oui, la piscine démultiplie le plaisir de péter dans son bain, en ce sens, que vous pouvez le faire en présence d’autres personnes et qu’elles ne le savent pas. N’est-ce pas le plaisir ultime que de péter fort à l’insu des autres (et garanti sans risque, car vous ne pouvez pas être trahi par votre odeur ni par vos bruits) ?

Allez, ne me blâmez pas, ou ne souriez pas, car je suis sûr que vous avez tous vos petites mauvaises manies, comme moi, quand vous vous trémoussez dans l’eau d’une piscine. Pourquoi se les interdire ? La vie n’est-elle pas trop courte pour ça ? Et ça n’est pas parce que c’est mal, que ce n’est pas bien.

Bonne journée !

Publicités

A propos Olivier Sauvage

Entrepreneur, blogueur, mes pensées n'engagent que moi
Cet article, publié dans Croquis/photos, Non classé, Textes, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Petits plaisirs et déplaisirs de la piscine

  1. belle illustration, avec un texte plutôt drôle

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s