6 avenirs pour un monde de robots

Souvent l’avenir envisagé dans les projections du futur robotisé est sombre, voire apocalyptique

La plupart du temps, quand on s’intéresse au futur et à l’intelligence artificielle et à ses conséquences, les prophéties que je lis sont plutôt sombres :

  • Les hommes seraient remplacés dans leur travail par des robots
  • Des hommes augmentées seraient tellement plus intelligents que les humains actuels qu’ils finirait par y avoir un monde d’esclaves et de maîtres à moitié humain, à moitié robot
  • Les humains deviendraient les esclaves des machines, dans un terrible renversement des rôles

Et le pire dans tout ça, c’est que ça serait sur le point d’arriver ! Dans moins de 50 ans pour certains.

Terminator : une vision classique du futur robotisé. Pas vraiment drôle, drôle 🙂

On est libre de croire à de telles visions, fort pessimistes. Pour ma part, je préfère me fier à ma raison et à lire des discours raisonnés, construits et dont les notions d’ordre moral seraient évacuées, du moins, si on veut se libérer d’entraves qui obscurciraient la raison si on ne les mettait provisoirement de côté.

6 scenarios pour envisager un autre avenir

C’est par exemple le cas très intéressant de ce papier de Gilles Saint-Paul « Robots : vers la fin du travail ? » qui explore plusieurs voies possibles à une robotisation massive des économies en y intégrant justement les notions de richesse et surtout de redistribution des richesses.

S’y dessinent alors plusieurs scenarios, six en tout, plus ou moins agréable à envisager… L’un promet un monde meilleur d’où le travail aurait presque disparu et où la redistribution serait à son apogée. On imagine alors que la pauvreté pourrait, dans ce monde disparaître, et que les humains s’adonneraient ensuite largement aux loisirs, à l’art, à la recherche, à des passions altruistes…

Un autre envisage une situation où quelques « capitalistes » seraient maître des robots et se partageraient toutes les richesses dans des sociétés réduites en terme de population à une part congrue et où le taux de fécondité serait abaissé au quasi-néant.

Ces scenarios sont, d’une certaine manière, parfaits. Déjà très complexes, ils n’envisagent pas toutes les externalités qui viendraient certainement les bousculer et les changer. Que se passerait-il, par exemple, dans un monde désertifié par les humains (comme nous le promet la robotisation de l’agriculture, voir aussi : Les robots agricoles s’installent à la campagne) ? Serait-ce humainement supportable de vivre dans un monde désertifié par les humains dont les vastes espaces vides seraient surveillés par des machines, un monde  remis aux mains d’une nature qui seraient théoriquement maîtrisée, mais qui en vérité ne le sera jamais, même à long terme (volcans, tsunami, climat, etc.) ?

La robotisation sera inévitable, mais comment l’encadrer ?

L’article, en tout cas, permet d’envisager beaucoup plus sereinement les conséquences d’une robotisation intensive dans un futur plus ou moins proche, de 50 à 200 ans, et de réfléchir à la manière dont ce monde devra être régulé politiquement et économiquement afin de leur garder harmonieux et généreux, mieux, beaucoup mieux qu’aujourd’hui, ou du moins, à éviter les dérives que les sociétés occidentales ont connu du XIXème au XXème siècle.

Un vrai sujet !

Publicités

A propos Abstract Specis

Sketches, drawings, etc.
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s